LES CENT CIELS
SOCIAL NETWORK


Un peu de conjugaison


Brian, directeur d'hôtel, restaurant et club de plongée à Banyuwedang, était anglais. Je ne sais pas toi, mais j'ai pour ma part et de prime abord, souvent trouvé les anglais peu chaleureux, pas souriant, pas rigolo. En même temps, étrangler ce n'est pas drôle ;) Cela dit, j'ai également pensé qu'ils sentaient bon, et cela peut-être une forme de politesse. D'ailleurs, l'anglais nous saluait plusieurs fois par jour. Il était poli. :/ Moyennant une certaine somme de Roupies, Brian nous avait invités à nous joindre aux festivités qui se déroulaient dans son restaurant au Naya Gawana. C'était le moment de déployer Noël. Et cela tombait sous le sens parce que, dans ce resort qui se fondait dans un cadre sublime, nous nous sentions pousser des ailes. Un peu comme des pigeons ;) voyageurs bien sûr. Guidés par les graines alléchantes et semées par Poli'chinelle, heu par Brian, nous avons plané jusqu'au buffet situé, à vol d'oiseaux, à quelques minutes de notre chambre. Semblant avoir mille chose à faire, peut-être avait-il peur du vide, ou bien, des tables vides, l'anglais avait tout même pris le temps de s'assoir à la notre. J'avais avalé les quelques mensonges laborieusement traduits, qu'il nous avait servi concernant la sécurité de son club, les prix attractifs de son restaurant ainsi que le sur-classement envisageable vers un bungalow de meilleur standing si nous restions quelques jours de plus. Le volcan Agung n'œuvrait pas en sa faveur, notre présence prolongée serait une occasion de faire, grâce à nos battements d'ailes, voler, un peu, la poussière de son chiffre d'affaires. Mon anglais peinait à s'améliorer, (Noonnn, pas Brian voyons, lui il était brillant, bien sûr, contrairement à mon répertoire qui ne comprenait que des mots usuels et qui, point positif, limitait les conversations..), c'est donc en Français et cela afin que nos bouches pleines permettent de chlore l'impur conversation, ;) que j'avais proposé à Brian : - Bon, et sinon... Tu veux dîner? - Non merci, un seul me suffit. C'est dire comme on se compre...nez :/ Que veux-tu, les rêves ont leurs revers... Nous avions dîné, pendant que sur le rivage, au clair de leurs lunes, des filles se déballaient, agitant toutes leurs splendeurs sous l'unique nez de l'anglais.



Auteur :     Brook Lynn



Publication date :     2018-11-20 14:14:23





  Edit            Clear

 

Copyright © Les cent ciels 2018

www.000webhost.com